Portrait de Charlotte Madeleine de la Mothe-Houdancourt, duchesse de Ventadour, gouvernante de Louis XV

École française du XVIIe siècle, Charlotte Madeleine de la Mothe-Houdancourt, duchesse de Ventadour, v. 1717. Huile sur toile, 81 x 65 cm. Château de Bussy-Rabutin (Bussy-le-Grand) © Reproduction Benjamin Gavaudo / CMN

Œuvres en rapport

Ce portrait de la duchesse de Ventadour est exécuté alors qu’elle est gouvernante des enfants royaux, dont le futur Louis XV. Charlotte Madeleine de la Mothe-Houdancourt, après un mariage malheureux dont nait sa fille unique, la future duchesse de Rohan, accède au titre de gouvernante du duc de Bretagne en 1704. Elle succède ainsi à sa mère, la charge étant souvent passée de mère en fille. Elle devient alors gouvernante du duc d’Anjou, futur Louis XV, qui appelle sa gouvernante « maman » et l’aurait notamment sauvé de la rougeole en 1712. Charlotte devient ensuite gouvernante de la reine-mère, avant de redevenir la gouvernante des enfants de Louis XV. La charge reste alors dans sa famille et sa petite-fille lui succède. A la cour, Saint-Simon la décrit en ces termes : « Mme de Ventadour avait été charmante, elle conserva toujours un grand air et un air de beauté, et parfaitement bien faite. Nul esprit, de la bonté, mais gouvernée toute sa vie, et faite pour l'être ».

Le portrait du château de Bussy-Rabutin est une copie du portrait peint en pied aujourd’hui conservé à Versailles, longtemps attribué à Pierre Mignard, dont d’autres versions sont passées en vente publique. Dans cette version en buste, il est à noter que la manche est recouverte par le manteau, simplifiant considérablement l’exécution de versions en buste. Une simplification identique se trouve dans le portrait en buste conservé au musée de Beaux-arts de Marseille.

Sur le portrait de Versailles, la duchesse de Ventadour est richement vêtue d’une tenue de cour : sa robe en brocard est ornée d'un col et de manches fines en dentelles, avec des pierres semi-précieuses. La gouvernante des Enfants de France est vêtue du manteau réservé aux ducs et pairs. Elle pose près d'une cassette de bijoux, bijoux ont pu lui être offerts par le jeune roi Louis XV, alors qu'il est « passé aux hommes » selon le récit fait par le marquis de Dangeau : « On a fait à Madame de Ventadour un présent magnifique de pierreries que le roi avait eues de la succession de monseigneur le Dauphin, son grand-père, et on estime ce présent 60,000 écus » (Journal, tome XVII, Paris 1854-1860, p. 23 et 24). Elle porte ostensiblement une croix à son cou, encadrée par une barbe noire, signe de deuil. Il est possible qu’elle porte alors le deuil de la mort de son époux, Louis-Charles de Lévis, ce qui fait supposer que l’œuvre a été exécutée aux alentours de 1717.

En effet, Charlotte de la Mothe Houdancourt a épousé en 1671, Louis Lévis, duc de Ventadour, gouverneur du Limousin, célèbre pour sa vie scandaleuse, alors qu’il est décrit par Saint Simon comme laid. La duchesse de Ventadour finit par le quitter après la naissance de leur fille unique, Anne de Lévis Ventadour, en 1673, et s'installe à Paris. Le duc meurt en 1717. Entre temps, on prête à la duchesse très mondaine, quelques liaisons dont le duc de Villeroy, qui lui succède en devenant gouverneur de Louis XV.

En tant que membre de la cour royale et d’une famille importante, la duchesse de Ventadour a été de nombreuse fois représentée. Un des portraits les plus remarquables est récemment réattribué à Nicolas de Largillière, où elle apparaît aux côtés de Louis XIV et de ses descendants (Londres, The Wallace Collection).

 

Nicolas de Largillière (1656-1746), Madame de Ventadour avec Louis XIV et ses héritiers, v. 1715-1720. Huile sur toile, 127 x 160 cm. Londres, The Wallace Collection © The Wallace Collection

 

École française du XVIIe siècle, Charlotte de la Mothe-Houdancourt. v. 1717. Huile sur toile, 174,5 x 115 cm. Château de Versailles © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

 

École française du XVIIe siècle, Madame de Ventadour, gouvernante des enfants royaux. Huile sur toile, 84 x 99 cm. Marseille, musée des Beaux-Arts © Ville de Marseille, Dist. RMN-Grand Palais / Claude Almodovar / Michel Vialle

Œuvre à la loupe

 

 

MenuFermer le menu