visuel de l'exposition Fantaisies pour un palais. Décor peint d'une arche avec une guirlande fleurie en pierre

Fantaisies pour un palais

Current exhibition

Entrez dans l'univers des contes de fées du XVIIIe siècle au château de Bussy-Rabutin !

  • 25 novembre au 5 mai : 9h15 - 12h et 14h - 17h

    24 décembre et 31 décembre : 9h15 - 12h et 14h - 16h

    Fermé le 25 décembre, 1er janvier et 1er mai.

  • Inclus dans le droit d'entrée.

  • Tout public

Présentation

À travers des décors à l’aspect théâtral, laissez-vous emporter dans l’imaginaire des contes de fées et dans un univers de fantaisie avec l'exposition "Fantaisies pour un palais" du Centre des monuments nationaux.
Voyagez autour de six étapes imaginées à partir des décors de ces contes : partez à la découverte du "cabinet des fées" constitué de porcelaines, de couples galants, de carrosses d’or ou de chars tirés par des cygnes... 

Votre deuxième escale sera le "Palais magique", reproduisant une « grotte merveilleuse » telles celles conçues à la Renaissance pour les jardins, devenues avec le Rococo un élément récurrent de la décoration des palais. Nymphes, sirènes ou fées sont autant de créatures fantastiques peuplent ces espaces propices à la rêverie

Flânez ensuite dans le "bosquet féerique" qui donne l’illusion d’un jardin flottant grâce au jeu des fleurs sur les miroirs. Dorures et reflets ne sont pas en reste avec le "salon des miroirs", où des personnages en costumes, comme échappés de Watteau et des "Fêtes galantes", se laissent deviner.

Enfin le voyage s’achève sur les rives de "l’île enchantée" avant de poursuivre par une balade enchantée au cœur du parc et jardin du châteaunymphes, dieux et déesses gréco-romains surgiront de leurs bosquets de verdure et où tout à chacun tentera de retrouver son chemin dans le célèbre labyrinthe du monument ! 

Comme un air de légèreté

Dans une lettre de Louis XIV écrite le 10 septembre 1699 à Jules Hardouin-Mansart, concernant la décoration des appartements de la duchesse de Bourgogne à Versailles, le roi écrit : "Il me paraît qu’il y a quelque chose à changer, que les sujets sont trop sérieux, et qu’il faut qu’il y ait de la jeunesse mêlée dans ce que l’on fera. Il faut de l’enfance répandue partout". C’est donc un roi endeuillé et las des guerres ayant assombri la France qui décide de cette seconde tendance, délaissant le faste pour l’élégance et la fantaisie

En effet, à sa mort en 1715, le roi Louis XIV emporta avec lui le faste des fêtes données durant son règne. Ces dernières ont néanmoins subsisté dans le souvenir de certains, et ont nourri les esprits littéraires qui, dans cette nostalgie, ont su faire grandir le modèle littéraire du conte de fées. Ces récits, par leur description de décors merveilleux, constitués de dorures, porcelaines ou miroirs annoncent l’avènement d’un courant artistique, le Rococo, qui va métamorphoser les palais, châteaux et hôtels particuliers dès le milieu du XVIIIe siècle

Un air féerique souffle alors sur l’Europe et s’empare des artistes. Trompe-l’œil, jeux de miroirs, peintures murales, rien n’est trop beau pour enchanter les grandes demeures qui se transforment en lieux propices à la rêverie
Ce nouveau style que l’on nommera art rocaille apparaît sous la Régence pour culminer sous le règne de Louis XV, vers 1745. Le terme de rocaille n’est pas une invention du XVIIIe siècle, puisqu’il caractérisait bien avant les grottes artificielles qui ornaient les jardins des grandes demeures. Ce qui est nouveau, c’est l’irruption de ce vocabulaire d’inspiration aquatique et végétal dans la décoration intérieure et le mobilier

Cet univers, enrichi de trompe-l’œil, de jeux de miroirs, de peintures murales, de féerie, traverse les œuvres de l’époque et constitue un décor enchanté à travers un ensemble de créations fantaisistes qui théâtralise les lieux.
C’est précisément dans les contes de fées apparus à la fin du XVIIe siècle, notamment avec Madame d’Aulnoy, que s’épanouit la description de décors merveilleux : pierreries, porcelaines et miroirs mais également grottes en coquillages, dorures ou encore parterres de fleurs… Autant d’éléments qui semblent annoncer l’art rococo et son esthétique galante, qui s’apprête à métamorphoser les palais, châteaux ou hôtels particuliers.

Ainsi, l’imaginaire rococo invite à une traversée du miroir, pour entendre le " bruissement de l’illusion " : 

Un bruissement léger, comme un air très ancien qui parlerait d’un temps, où des couples en habits de taffetas s’embarquaient pour l’Ile d’Amour 

See all related programming

Folies en fleurs

Atelier

Initiez-vous à l’art floral avec l’artiste Benoit Duvergé au château de Bussy-Rabutin !

Maquette fleurie évoquant la grotte de fées

Pour aller plus loin

  • Communiqué de presse Fantaisies pour un palais

    Thematic files

    PDF (3.02 MB)

  • visuel de l'exposition Fantaisies pour un palais. Décor peint d'une arche avec une guirlande fleurie en pierre

    Livret-jeu Fantaisies pour un palais

    Visit sheet

    PDF (2.81 MB)